Études, essais historiques, biographies


Bède le Vénérable. (Yates Thompson MS 26, f. 2r –
© The British library)

Portraits de femmes au Moyen Âge

Guillaume le Conquérant et les femmes

Emma de Normandie, reine au temps des Vikings

Châteaux forts, assiéger et fortifier au Moyen Âge

1066, Guillaume roi


Portraits de femmes au Moyen Âge
(VIe – XVe siècles)

On imagine les femmes du Moyen Âge comme des êtres entièrement soumis à l’autorité des hommes, pères, maris, prêtres. Pourtant, on rencontre régulièrement des femmes étonnantes, de toutes conditions, qui échappèrent à cette domination. Il en fut qui menèrent des vengeances terribles, ou qui luttèrent bec et ongles pour défendre leur droit ou celui de leurs enfants, n’hésitant guère à braver des adversaires capables de les broyer. Certaines traversèrent un océan en quête de mondes à explorer, ou levèrent des armées qu’elles dirigèrent d’une main de fer sur les champs de batailles. D’autres donnèrent de leur personne par simple compassion. On trouve aussi des malheureuses croupissant dans des prisons sordides, attendant que des hommes statuent sur leur sort…
Elles étaient vikings, franques ou saxonnes. Elles vivaient en Norvège, en Normandie, en Angleterre, en Provence ou même au Groenland ! Elles se nommaient Marie, Juette, Chrodielde, Constance, Audr la très sage, Gerberge, Marion la Droiturière ou Huguette du Hamel. Elles étaient reines, nonnes ou sorcières. Leur sort fut heureux ou tragique. Mais toutes laissèrent, d’une manière ou d’une autre, volontairement ou non, leur empreinte dans la légende des siècles.

Cahors – La Louve éditions – 2019 – 19 €

Guillaume le Conquérant et les femmes – Arlette de Falaise et la reine Mathilde : entre légende et réalité

Novembre 1083. Peut-être l’un de ces petits matins frais et brumeux, si fréquents en Normandie à l’époque où jaunissent les feuilles des arbres. Au château de Caen, probablement… La vaste cour bruisse d’une agitation inhabituelle. Face au palais ducal, une foule imposante s’est agglutinée devant un robuste portail de bois brut. L’un des vantaux pivote dans un grincement lugubre. À l’ouverture du second vantail, la même plainte déchirante… La reine Mathilde est morte.
Guillaume, duc de Normandie et roi d’Angleterre, son époux, est-il présent ? Nul ne le sait.
De cette question sans réponse est née l’idée de ce livre. Car si l’on connaît bien Guillaume le Conquérant chef de guerre, vainqueur d’Hastings, on s’est peu intéressé à l’homme qu’il fut dans l’intimité, notamment à travers sa relation aux femmes. Or ces femmes tiennent un rôle essentiel dans sa vie : Arlette de Falaise et la reine Mathilde furent deux présences discrètes, unies dans la destinée fabuleuse d’un personnage exceptionnel. Ces dames, par trop méconnues, qui peuplent l’univers du maître incontesté de la Normandie et de l’Angleterre, sont ici mises en lumière et révèlent par là une autre facette de Guillaume. Sous l’armure du guerrier, efforçons-nous d’apercevoir le fils, l’époux, le père… Entre légende et réalité, bienvenue dans l’univers des femmes de Guillaume le Conquérant. »

Cahors – La Louve éditions – 2012 – 18 €

Emma de Normandie – Reine au temps des Vikings (2011)

Angleterre, printemps de l’an 1002. Afin de la conduire à l’autel, le souverain saxon Aethelred II guette avec impatience l’arrivée en son royaume d’une princesse normande pré-nommée Emma. Nul ne peut alors soupçonner l’incroyable destinée qui attend cette toute jeune fille. Sur fond d’attaques scandinaves incessantes, elle épouse successivement deux rois, donne le jour à deux autres, et s’impose sur la scène politique de sa terre d’adoption. Elle devient la grande figure féminine de l’âge viking et prépare ainsi l’avènement de son petit-neveu, Guillaume le Conquérant. Emma de Normandie est un personnage d’exception, auquel Winston Churchill attribue une place unique dans les annales anglaises, écrivant à son propos que » peu de femmes se sont trouvées placées au centre d’une convergence de forces aussi considérables « . Elle nous entraîne au coeur d’une fabuleuse épopée où souffle l’air du grand large. Elle nous emporte à la recherche de ses aïeules, de ces femmes méconnues qui assurèrent la continuité dynastique des premiers ducs de Normandie. Elle nous ouvre la porte de ses palais, nous invite à sa table et nous guide au milieu des tragiques rivalités de cour. Elle nous engage à méditer sur la naissance et l’accouchement en l’an Mil, sur le mariage et la vie de couple, la maladie et la santé, la vieillesse et la mort. Elle nous convie à un voyage fascinant dans l’Europe du haut Moyen rage, depuis les côtes déchirées de la Norvège jusqu’aux belles plages de Normandie. des vertes campagnes anglaises aux îles du Danemark.

Cahors – La Louve éditions – 2012 – 24 €

Les Châteaux forts -Assiéger et fortifier au Moyen Âge

Épuisé chez l’éditeur – Aux yeux de l’homme moderne, le château fort constitue le monument emblématique des mille années d’histoire que nous avons coutume d’appeler  » Moyen Age « . Dans l’imaginaire collectif, des chevaliers bardés de fer s’affrontent courtoisement toutes bannières déployées en d’interminables tournois, à l’ombre de massives tours crénelées. Les malheureux paysans traînent leur misère en curant le fond des douves, maudissant discrètement l’avidité sans borne d’une noblesse omnipotente. Derrière les épaisses murailles, le maître des lieux tient sa cour, exerce son pouvoir absolu, se livre à de gargantuesques ripailles en évoquant ses parties de chasse ou ses exploits guerriers. De temps à autre un hobereau du voisinage vient lui jeter un défi, comme pour rompre une existence trop monotone et se lance avec ses hordes à l’assaut de ses remparts. La réalité est bien évidemment beaucoup plus nuancée. Le concept de château fort, demeure seigneuriale fortifiée, n’apparaît que dans la seconde moitié du IXe siècle. Les méthodes de construction et les techniques de siège vont alors connaître une évolution incessante, dans une course effrénée à l’efficacité optimale : l’attaquant veut forcer la place ; le défenseur doit à tout prix l’empêcher d’y pénétrer. Cette étude se propose d’étudier ce double phénomène et de le réinsérer dans son contexte historique, afin d’en mieux appréhender les contours. Émaillée de nombreuses anecdotes et de multiples repères chronologiques, elle présente de manière vivante des temps lointains hauts en couleurs. Ce passé ainsi ressuscité fut le quotidien de nos ancêtres. Elle démontre également que le réflexe immémorial de fortifier pour survivre ne s’est pas éteint au crépuscule du  » Moyen Age « , mais a perduré jusqu’aux premières lueurs du XXIe siècle.

1066, Guillaume roi

Épuisé chez l’éditeur – Peu de dates résonnent dans notre mémoire collective comme celle du 14 octobre 1066. Plus qu’un simple coup de tonnerre, la bataille de Hastings constitua un authentique cataclysme politique et géostratégique. Ses répliques meurtrières secouèrent notamment les relations entre les royaumes de France et d’Angleterre pendant près de quatre cents ans. Elle jeta les bases d’un état aux proportions démesurées, qui connut son apogée au siècle suivant sous le règne sans partage de Henri Plantagenêt. Cet ouvrage invite à un passionnant voyage au cœur des arcanes du XIe siècle. Des côtes de Norvège aux rivages de la Manche, en Angleterre et en Normandie, les destins se croisent et s’entremêlent jusqu’au fatal dénouement. Avec rigueur et précision, les événements, les joutes diplomatiques,  la logistique,  les techniques de combat sont minutieusement analysés, pour proposer une narration vivante et détaillée d’un épisode capital de l’histoire européenne. Les lames et les boucliers s’entrechoquent, les voiles claquent au vent et un souffle d’aventure s’engouffre entre les lignes.